Tir à l'Arc Japonais à Cheval ou Yabusame Asakusa

Culture Japonaise
Yabusame-samurai
Date: 16 Avr 2022 - 17 Avr 2022

Lieu: Sumida Park

Le Parc Sumida accueillera la 39ème cérémonie traditionnelle du Yabusame fin Avril.

L'art de tirer à l'arc Japonais pratiqué à cheval et lancé au galop, appelé Yabusame est un rituel annuel célébré au pays du Soleil Levant associant agilité et précision.

Retournons dans le temps pour comprendre les mystères de cet art..

L'arc Japonais de l'empereur

L'arc Japonais, que l'on nomme "Wakyu" ou "Yumi", est un symbole d'autorité et de pouvoir remontant aux temps anciens et on peut d'ailleurs retrouver plusieurs représentations de L'empereur Jinmu, fondateur de l'Empire du Japon, avec un Arc à la main.

L'époque Heian (794-1185) voit l'émergence d'une nouvelle classe de guerriers professionnels constituée notamment d'archer : Les Samouraïs. Ces derniers, ainsi que leurs seigneurs, comprennent assez rapidement l'utilité d'une telle arme au combat et en profite pour développer sa pratique en créant les premières écoles de Kyujutsu ou "Tir à l'arc guerrier".

La première école fondé par Henmi Kiyomitsu , "Henmi-ryu", remonterait au XIIème siècle. Ses descendant n'attendront pas très longtemps, quelques décennies après, pour créer les premières école d'archerie montée : Le Yabusame.

La pratique de l'Arc Japonais se prolongea au fil des siècles pour atteindre son apogée à l'époque Edo (1603-1868), période pendant laquelle le Samouraï était une figure de respect au plus haut de la pyramide sociétale nippone. La célèbre Légende des 47 Ronins nous en apprends un peu plus sur cet idéal de guerrier.

Inspiré par le Zen bouddhiste, les combattants commencèrent à mêler philosophie et Kyujutsu pour créer petit à petit "La Voie de l'Arc" ou Kyudo qui se développa en parallèle. Le but n'est plus seulement de se battre mais aussi de développer une discipline du corps et de l'esprit.

Avec l'ouverture du Japon au monde au début de l'ère Meiji, le tir à l'arc guerrier n'était plus utile dans les batailles et il commença à tomber en disgrâce pendant que le Kyudo continuait de faire des adeptes.

La fédération Japonaise de Kyudo est crée officiellement après la Seconde Guerre Mondiale avec pour but de promouvoir les différentes écoles et leurs pratiques tout en uniformisant leurs règles.

Mais revenons au XIIème siècle pour en apprendre un peu plus sur le Yabusame et ses deux écoles d'archers à cheval les plus célèbres.

Photo credit: Ikusuki on VisualHunt 

Les écoles de Yabusame

L'une des plus importantes écoles de l'Arc Japonais à cheval voit le jour à l'aube du shogunat de Kamakura (1185-1333) par l'intermédiaire de son fondateur Minamoto no Yoritomo.

Ce dernier, se souciant des lacunes des samouraïs au tir à l'arc, ordonna à Ogasawara Nagakiyo de créer une école pour permettre à ses disciples de s'y entraîner tout en y apprenant la discipline.  Elle se spécialise alors en art équestre (Bajutsu), tir à l'arc (Kyujutsu), tir à l'arc à cheval (Yabusame) et développe ce que l'on nomme une étiquette particulière associée à son comportement dans la vie de tous les jours.

C'est non seulement la naissance de l'école Ogasawara-ryu mais aussi celui du clan du même nom qui se mettra au service de plusieurs shogunat dans l'histoire et notamment celui de Ashikaga pendant l'époque Sengoku ou encore Tokugawa pendant l'époque d'Edo.

Le clan est toujours actif de nos jours avec notamment l'actuel héritier de la maison, Ogasawara Kiyomoto neuroscientifique de métier dans la quarantaine. Il perpétue la tradition de ses ancêtres dans le dojo familiale de Setagaya à Tokyo.

Pour la seconde école, Takeda-ryu, les sources sont contradictoires. L'une d'entre elles nous raconte que dès l'époque Heian (IXème siècle) elle fût mise en pratique par Minamoto Yoshiari suite à la demande de l'empereur Uda. Elle serait donc la première école de tir à l'arc Japonais du pays.

L'enseignement tourne autour du tir à l'arc à cheval mais aussi du Naginata (arme blanche composée d'une lance avec au bout une lame ou une pointe métallique) et du Tachi (ancien sabre japonais) à cheval. 

C'est une école qui a grandement influencé le milieu culturel notamment les séries télévisés et le cinéma. On retrouve sa pratique dans le 7ème art nippon avec notamment les films d'Akira Kurosawa (comme les Sept Samouraïs) ou encore l'un de ses élèves le plus connu: l'acteur Toshiro Mifune.

Ces deux écoles rivales se disputent depuis des siècles les honneurs de l'authentique Art du Yabusame.

Un art de discipline et d'agilité

L'Arc Japonais est un art martial pratiqué par ses adeptes dans le but d'atteindre une concentration parfaite. Son but est d'être capable de maîtriser différentes techniques de respiration afin d'assurer l'équilibre du corps et de l'esprit lors de la performance.

C'est dans les batailles que l'on pouvait remarquer les samouraïs de valeur par leur aptitude à bander l'arc, viser et tirer avec un calme Olympien sans sourciller. L'un d'entre eux s'est rendu célèbre lors de la célèbre guerre de Gempei pendant la période Heian.

Défiant les archers de son clan d'arriver à toucher un éventail en haut d'un mat, Nasu no Yoichi accepta le défi, mena son cheval à travers les vagues de la mer et tira sur l'éventail, le transperçant d'une flèche pour gagner la célébrité éternelle.

De nos jours, le Yabusame s'apparente à un rituel shinto pratiqué dans un but religieux, pour avoir de bonnes récoltes de riz et que la paix règne sur l'archipel. Il est aussi présenté lors de cérémonies officiels pour divertir les invités de haut rang.

BON PLAN : Une autre représentation annuel de l'arc Japonais à cheval, organisé par l'école Takeda-ryu, se déroule pendant le mois d'Avril à Kamakura. 

Photo début credit: Sushicam on VisualHunt 

 

Adresse
Mukojima, Sumida, Tokyo 131-0033, Japon

Propulsé par iCagenda